Accueil  >  Actualité institutionnelle > Bilan d’une première année d’option théâtre au secteur professionnel du lycée Anna Judic (Semur-en-Auxois)

Rubrique Événements

Bilan d’une première année d’option théâtre au secteur professionnel du lycée Anna Judic (Semur-en-Auxois)

Le 7 juillet 2016 - Yves Moalic

Anne-Sylvie Le Yavanc, professeure de lettres, histoire et géographie, a mené pendant l’année qui vient de s’écouler un très intéressant projet en partenariat avec le Théâtre du Rabot.

Option théâtre en section professionnelle : une expérimentation riche et très encourageante !

Professeur de Lettres et histoire-géographie en lycée professionnel depuis une petite vingtaine d’années, j’ai eu l’opportunité de mettre en place, à la rentrée 2015, une option facultative de théâtre en secteur professionnel, pour les élèves de Seconde baccalauréat professionnel, au lycée Anna Judic de Semur-en-Auxois.

Cette expérience s’est révélée particulièrement riche et très encourageante pour les années futures ! J’ai mené cette expérimentation –ayant fait, à ce titre, l’objet d’un dossier CARDIE- avec Sylvain Paolini, comédien et metteur en scène qui travaille depuis plusieurs années avec la section théâtre du lycée de Semur.

Si cette proposition de mon Proviseur, Alain Jassionnesse, d’abord formulée au sein de la CASEAT du 13 mai 2015, a d’emblée suscité chez moi beaucoup d’enthousiasme, elle m’a beaucoup questionnée.
Le premier enjeu consistait en effet à attirer les élèves : il s’agit d’un enseignement facultatif, or le théâtre ne fait pas systématiquement partie des pratiques culturelles des jeunes de secteur professionnel. C’est pourquoi nous avons souhaité, dans un premier temps, proposer plusieurs séances de découverte, ouvertes à l’ensemble des élèves potentiellement concernés. Il semblait fondamental de permettre à chacun de se faire une idée précise de ce que nous proposions, afin qu’il décide en connaissance de cause, de son intérêt, ou non, pour cette option. Nous avions cette année 42 élèves de Seconde professionnelle, 24 en hôtellerie restauration et 18 en gestion administration.
Nous avons donc mis en place plusieurs séances, en demi-groupes, destinées à présenter l’option, d’une part, présenter le dispositif "école du spectateur" d’autre part, et faire pratiquer, enfin.
Cette présentation s’est déroulée au mois de septembre, elle a permis à tous les élèves de découvrir différents aspects de la pratique théâtrale par le biais de petits exercices simples. Nous avons ensuite souhaité laisser un certain nombre de séances "ouvertes", sans que la liste définitive des inscrits soit arrêtée, au cours du mois d’octobre, de manière à ce que les élèves potentiellement intéressés puissent approfondir leur découverte, pour s’engager définitivement ensuite. Beaucoup d’élèves ont participé à ces séances, au total, plus de la moitié de l’effectif de seconde -42 élèves- a participé à une voire deux séances pendant cette période. Nous avons enfin clos les inscriptions début novembre, au retour des vacances de Toussaint. L’effectif est alors de 13 élèves.
Le second enjeu a consisté à composer avec les difficultés. En effet, nous avons eu régulièrement des élèves malades et donc absents, ou présents, mais blessés –dos bloqué, minerve, entorses…- Nous avons ainsi été amenés à envisager des solutions alternatives en vue de la présentation des travaux, en cas d’absence. Par ailleurs, nombreux étaient les élèves de ce groupe qui manquaient fondamentalement de confiance en eux, ils avaient, de la même façon, de grandes difficultés à imaginer, à s’autoriser des initiatives.

Ecole du spectateur

Cette option théâtre ne pouvait se concevoir sans une école du spectateur. En effet, les élèves avaient vu très peu de spectacles auparavant et leur vision du théâtre était très parcellaire. Il n’a pas toujours été simple de les convaincre de participer aux sorties proposées, mais nous y sommes plutôt parvenus dans l’ensemble.

L’équipe des enseignants de théâtre du lycée Anna Judic a, depuis de nombreuses années, mis en place le dispositif "école du spectateur". Les élèves de l’option facultative du secteur général, mais également ceux de l’enseignement d’exploration "arts du spectacle" ainsi, évidemment, que ceux de l’enseignement obligatoire de théâtre en série L, sont amenés à découvrir de nombreux spectacles. Les spectacles sont programmés dès le mois de juin de l’année précédente, et permettent aux élèves de découvrir des lieux et des spectacles très variés, que ce soit à Semur-en-Auxois, à Châtillon-sur-Seine, à Dijon, à Chalon-sur-Saône, à Lyon ou à Paris. Les transports étant pris en charge par la Région, la participation financière demandée aux familles reste raisonnable. L’équipe m’a proposé d’emblée d’inscrire mon groupe à quelques-unes de ces sorties. Nous avons donc vu, dans le cadre de ce dispositif, quatre spectacles.
A cela, se sont ajoutés plusieurs spectacles programmés par d’autres collègues -en anglais, en particulier, ou dans le cadre du CESC- mais également un spectacle proposé dans un cadre associatif et les différentes présentations des élèves de l’option facultative et de l’enseignement de spécialité, au lycée. Ainsi, nos élèves ont vu, pour les plus assidus, jusqu’à 12 spectacles ! Nous avons d’emblée remarqué, avec les élèves, que plusieurs aspects pouvaient retenir notre attention -jeu, décor, mise en scène, texte…- et nous avons travaillé sur l’élaboration d’une brève critique individuelle de deux spectacles différents. Par ailleurs, quand nous avons réfléchi sur notre projet pour l’année de Première, nous avons cherché à nous remémorer ce qui nous avait marqué en termes de choix de mise en scène, de jeu, de décor… afin de nous en inspirer.
Travail de l’année
Il a porté en premier lieu sur la concentration, de même que sur la cohésion du groupe, puis sur le jeu. Nous avons rapidement souhaité présenter le travail réalisé et avons donc choisi, avec les élèves, des textes des répertoires classique –Rostand, Molière, Hugo, Nerval, Verlaine- et contemporain : Vignal, Juliette. La thématique retenue a été la relation amoureuse. Un déroulé d’une demi-heure environ mêlait des extraits de pièces, des lectures de poèmes en voix off et des scènes muettes sur de la musique.

Présentation des travaux

Cette présentation des travaux a eu lieu le 5 avril, nous étions contraints par les départs des classes en stage, ce qui explique cette date. Le public, nombreux –environ 80 personnes- s’est montré enthousiaste, les élèves étaient vraiment ravis –avec cette petite frustration, tout à fait stimulante, qu’ils auraient pu encore donner davantage ! : ce sera pour l’année prochaine dans la mesure où le texte a d’ores et déjà été choisi en concertation avec les élèves !
Intérêt de cette option en secteur professionnel

Nous avons pu observer de grands progrès chez nos élèves, au niveau de la concentration d’abord. En effet, il leur était très difficile –pour certains pendant de nombreuses séances- de ne pas céder aux rires parasites. Nous avons pu constater une très nette évolution à cet égard, de l’ensemble des participants.
Par ailleurs, la cohésion du groupe n’a cessé de se construire. De même, les progrès ont été nets concernant l’investissement du corps et le développement de la sensibilité. Enfin, les élèves ont amélioré la confiance en leur potentiel, ils sont parvenus, peu à peu, à s’autoriser des initiatives, à proposer des éléments de jeu ou de mise en scène.
Il nous semble ainsi évident qu’une option théâtre en secteur professionnel a sur les élèves un impact très positif, qu’elle leur permet d’approcher puis de s’approprier une démarche artistique collective et qu’elle contribue à leur construction en tant qu’individus et en tant que citoyens.
Anne-Sylvie LE YAVANC.

Galerie

ZOOM SUR...

Rester informé

  • Portail national éduscol : le numérique en théâtre
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Theatre - Académie de Dijon